Le Carnaval au Brésil


 

La fameuse période du Carnaval au Brésil est arrivée ! Et non ! Il n'y a pas que le carnaval de Rio... Il commence officiellement le vendredi 5 février 2016 au soir pour 4 jours de fête mais dans la plupart des villes, comme à Ribeirão Preto (SP), il y a déjà eu un Pré-carnaval le dimanche 31 janvier et quelle fête !

 

Les brésiliennes habillées spécialement pour le Carnaval ! 

Une partie du défilé dans une des rues de Ribeirão Preto.


 

L'ambiance est vraiment particulière, les rues sont remplies, tous les brésiliens sans distinction sociale se retrouvent dans les rues à défiler, danser, festoyer sous une chaleur étouffante. C'est un beau moment mais aussi un moment rare de voir; autant de mixité sociale dans un pays où au quotidien on ne se mélange que très peu.

 

Me voilà emportée par la foule à côté d'un groupe de squelettes, de bouffons, une marionnette géante et autant de brésiliens déguisés tout en couleur. On se laisse tranquillement porter par toute cette bonne humeur. J'entends au loin un char avec de la Samba, derrière moi, un groupe de percussions et les brésiliens chanter les classiques repris par tous en frappant des mains... Ils se déhanchent sur un pas de danse du Carnaval connu de tous, depuis toujours, le sourire aux lèvres...

 

Bref, une joie de vivre très communicative, les petits comme les grands sont au rendez-vous ! La bière coule à flot et la musique résonne de toute part !

 


Une partie du défilé dans une des rues de Ribeirão Preto.

J'arrive ensuite sur une grande place, noire de monde, des vendeurs de bières, de bombes à neige, de bières ! de churros, de bières ! de ballons, de bières ! de pop corn...!!! Une vraie fête de Carnaval populaire et familiale. Certains ont même monté leur tonnelle et s'y sont installés, d'autres ont apporté leurs sièges et leurs paréos.

 

Le principal bar de la place passe de la musique grâce à un DJ spécialement venu, les basses à l'extérieur, avec devant lui, toute la jeunesse brésilienne, un verre de Brahma ou de Skol à la main !

 

De l'autre côté, il y a des petits groupes de percussion qui créent un attroupement où chacun se délecte de ce spectacle improvisé. Un peu plus loin, c'est dans un buteco (petit bar populaire) que la musique résonne, les brésiliens sont devant, sur la route pour danser la samba ou simplement en train de profiter de cette journée de fête entre amis.

 


Sur la grande place d'un des quartiers de Ribeirão Preto.

Evidemment, cela n'avait rien à voir avec le fameux Carnaval de Rio, le plus célèbre du monde ! Si l'on parlait du Carnaval de Rio en chiffre, il faudrait retenir que la ville attende presque 6 millions de personnes dans les rues dont 80 000 au Sambodrome pour le défilé des plus prestigieuses écoles de samba !

 

Le prix de la place est en moyenne à 100 dollars mais beaucoup de billets ont été achetés et revendus par les agences de voyage deux ou trois fois plus cher !

 

Ensuite les écoles de samba ont un budget pouvant aller jusqu'à 4 millions de dollars, elles sont aidées par les subventions gouvernementales, les entreprises mais aussi par les 200 dollars que les touristes déboursent pour y participer.

 

Enfin les prix vont augmenter en moyenne de 7% pendant la période, la bière bien sur subira la plus forte hausse !

Sambodrome de Rio de Janeiro.

Photos: Rio service carnival


D'autres villes également sont reconnues pour leur carnaval comme à São Paulo, Recife ou Salvador.... Une fête tout en couleur et en musique pour un spectacle digne de ce nom. La majorité des brésiliens profitent d'ailleurs de cette période pour voyager et majoritairement dans le pays.

 

Carnaval de São Paulo en 2015

Photo: Portaldoprono.com

Carnaval de Salvador

Photo: revistafacil.net


 

La période du Carnaval représente vraiment un moment de fête sans distinction sociale où tous se retrouvent pour danser, boire une bière bem gelada et célébrer le carnaval. Le Brésil s'arrête, ainsi que ces maux, du moins pendant ces 4 jours et ça fait du bien !

 


Você pode gostar também:

 

précédent

suivant



Écrire commentaire

Commentaires : 0